Podcasts des autres écoles

Enjeux

Les frontières
Les frontières qu’elles soient visibles ou invisibles sont un sujet passionnant, car nous y sommes tous confrontés lorsque nous parlons de voyages bien sûr, mais aussi lorsque nous entendons parler de « sans papiers », de guerres, de conflits linguistiques, d’expulsions, de migrations. Or, nous ne sommes pas toujours certains de savoir ni où elles ne se trouvent ni même si elles existent. Souvent, on les passe sans même s’en rendre compte, comme quand on prend l’avion. Pour certains, passer une frontière représente un exploit. Parler de ce qui se joue autour des frontières, c’est évidemment aborder des notions de géographie, d’histoire, c’est évoquer ce qu’est la culture, c’est également aborder de grands sujets philosophiques comme : C’est quoi l’étranger?
Qu’est-ce qui attire ou fait peur de l’autre côté de la frontière?
Les frontières sont-elles à l’origine des guerres?
Plusieurs textes devraient permettre d’aborder le sujet de l’une ou l’autre façon…

Les limites
Aborder l’Europe implique forcément d’évoquer « les frontières ». Afin d’universaliser le thème, on commencera par le thème des « limites » qui offre plus de pistes d’exploitations philosophiques. Le mot « limite » englobe en effet plusieurs définitions. Il peut signifier la frontière entre deux choses, auquel cas le mot ligne pourrait en être le synonyme ; le début et le terme d’une période, ce qui supposerait que la limite est une fin, et enfin, le point où s’arrête l’action de quelqu’un ou de quelque chose. Réfléchir à propos de la limite ou des limites peut aussi se faire à partir de soi et/ou du contexte. Barrière, bord, borne, bout, cadre, confins, contour, démarcation, fin, frontière, ligne, orée, obstacle, périmètre, plafond, seuil, surface, terme …
En quoi ces mots (tous synonymes de limite) se ressemblent-ils et qu’est-ce qui les différencie? Toute limite est-elle une frontière, toute frontière est- elle une limite?

Limites réelles, visibles : notion de surface (celle du terrain de football, celle du corps), de frontières géographiques (barrière, haie, mur, fenêtre, horizon), d’espace (occupé par le corps, de jeux), de périmètre.
Limites sociales définies clairement ou pas : interdictions, obligations (règlements, lois, chartes), notion de propriété, permission. Limites personnelles : capacités physiques, intellectuelles, notion d’intimité et de respect dans le rapport à l’autre.
Comment peut-on dès lors représenter les limites?
Comment une limite peut-elle se matérialiser?
Qui les fixe, qui décide de les franchir, qui les frôle, qui les repousse et pourquoi?

Compétences développées : Distinguer et différencier

Distinguer ou différencier consiste à séparer une chose d’une autre par la négation.
Par exemple : croire ce n’est pas savoir.
Lorsqu’on relève le ou les éléments qui sépare(nt) deux termes proches, on opère une distinction. Ce raisonnement est assez subtil vu l’étroite relation qu’il peut il y avoir entre ces termes. Quand on constate ce qui éloigne deux termes sans relation apparente, on effectue plutôt une différenciation. La différence étant plus marquée que dans une distinction, cet exercice peut être plus explicite et donc plus simple à réaliser.
Pour distinguer ou différencier, l’enseignant invite les élèves à définir les termes en relevant pour chacun les caractéristiques essentielles. Celles-ci sont ensuite comparées : il y a-t-il plus de caractéristiques communes aux deux termes que de différentes ? Si oui, les termes sont à distinguer, si non, à différencier.