Podcasts des autres écoles

Enjeux

La vie n’est qu’une succession de problèmes, d’énigmes à résoudre, d’obstacles à franchir, de défis à relever. Dans la vie de tous les jours, un problème est souvent connoté négativement, en raison de l’obstacle qu’il constitue. C’est pourquoi, la plupart du temps, on tente de le nier, on l’évacue. Ce qui engendre un cercle vicieux : plus le problème pose problème, plus il est occulté, or plus il est occulté, plus il pose problème.

La pratique de la philo, par le questionnement auquel elle invite, a comme objectif de valoriser l’identification des problèmes, de cerner au mieux les difficultés, de les préciser.

Travailler la problématisation de manière générale, c’est-à-dire la formulation et la compréhension de tous types de problèmes, aura donc un impact majeur dans la compréhension du sujet qui sera abordé.

Si pour certains, l’Europe est une évidence, pour beaucoup, elle représente un problème par rapport entre autres à son organisation ou son fonctionnement. Permettre aux enfants de poser des questions par rapport à l’Europe, permettra de voir ce qui les interpelle, ce qui pose problème à leurs yeux, ce qui est important, évident ou inexistant !!

Compétences développées : La recherche de sens / Classifier

La recherche du sens est le processus mis en œuvre pour comprendre, découvrir ou établir du savoir. Le processus en lui-même est déterminant, il doit être fiable pour pouvoir valider les résultats de la recherche. S’il ne l’est pas, ces résultats seront forcément erronés. L’épistémologie est la discipline qui établit la valeur de vérité des savoirs en s’intéressant essentiellement aux moyens utilisés pour les fonder. En cela, elle incarne cette recherche du sens. Pour rechercher le sens, l’enseignant peut guider l’élève avec des questions telles que : comment savons-nous cela ? De quelle manière avons-nous procédé pour en arriver à penser cela ? Comment en arrivons-nous à avoir ces connaissances ?

Une classe (ou une catégorie) regroupe un ensemble de choses ou d’êtres vivants présentant une ou plusieurs caractéristiques communes. Ces caractéristiques n’apparaissent pas d’elles-mêmes, c’est nous qui les déterminons en fonction d’une intention qu’il est utile de clarifier. On peut, par exemple, décider de classer plusieurs individus au sein d’une même famille sur base d’un lien soit génétique, soit affectif, soit sur base des deux simultanément. On perçoit donc qu’en fonction du type de classement choisi, la classe inclut ou exclut différemment.

L’enseignant peut accompagner la création d’une classe en déterminant avec les élèves le(s) critère(s) de celle-ci. Il présente ensuite une série d’éléments à y classer ou non tout en posant ce type de questions : x appartient-il à y ? x est-il une forme de y ? Comment classer ces éléments ?